Pratt

Hugo
Hugo Pratt
1 927
1 995

[img"L'as de pique"]

Né à Rimini, Hugo Pratt a passé son enfance entre Venise et l’Éthiopie où il vit de dix à seize ans. 

En 1945, il découvre la bande dessinée, et avec d’autres auteurs italiens (que certain appellent le «groupe de Venise»), et crée «l’Asso di Picche», un héros inspiré des «Phantom» et «Spirit» américains. 

Les aventures de ce héros masqué (dans le civil le journaliste Gary Peters) sont publiées dans un journal du même nom («L’Asso di picche») jusqu’en 1949.

Pratt, lui, émigrera en argentine en 1947, invité par un éditeur argentin, et y dessinera sans répit jusqu’en 1960.


[img "Sergent Kirk"]

«El sergento Kirk» constitue la première grande réussite italo-argentine des années 1950. 

Scénarisée par l’argentin Hector Oesterheld, la série fait reconnaître le talent d’Hugo Pratt, encore très influencé par les maîtres du réalisme américain, à commencer par Milton Caniff comme pour beaucoup de jeunes dessinateurs de la génération de l’après-guerre. Elle paraîtra dans le plus important hebdomadaire argentin de cette époque : Misterix.


[img "Ernie Pike"]

[img "Ernie Pike (couverture)"]

On peut d’ailleurs parler d’une école Italo-Argentine de l’après-guerre (depuis le XIXe siècle l’Argentine connaissait une forte émigration italienne), comme étant la première à tenter de faire sortir la bande dessinée de son monde enfantin, tout en restant très proche du réalisme américain.

Toujours avec  Hector Oesteheld, Pratt créera également «Ernie Pike», récits de guerre auxquels participeront par la suite de grands noms de la BD argentine comme Alberto Breccia ou José Muñoz puis «Ann de la jungle» en 1959 (son premier travail en solo).


[img "Wheeling (couverture)"]

[img "Wheeling"]

En 1960, Pratt quitte l’Argentine pour l’Angleterre, et crée à Londres «Wheeling» en 1962 dans Supermisterix. 

Il s’agit d’une histoire d’amitié entre un Américain de 17 ans et un jeune aristocrate anglais qui font connaissance pendant les expéditions menées contre des tribus indiennes en 1774. Mais la guerre d’Indépendance aura raison de leur amitié.

On voit ici que Pratt, en plus d’être un maître du noir et blanc, était aussi un excellent aquarelliste.


[img "La ballade de la mer salée"]

[img "La ballade de la mer salée (planche 2)"]

Corto Maltese naît en 1967 naît dans la «Ballade de la mer salée», long récit publié dans le mensuel italien «Sergent Kirk».

Le 3 avril 1970, Corto Maltese apparaît dans Pif.

Hugo Pratt ayant été sollicité par la rédaction de ce journal pour la création d’une série, celui-ci a décidé en effet de reprendre un des personnages de la «Ballade de la mer salée».

Celle-ci ne sera traduite qu’en 1973 en français et publiée en épisodes dans France soir, et en album chez Casterman. 

On voit ici la planche 2 de la «Ballade», avec la première apparition de Corto Maltese, en fâcheuse posture, cases 5 et 9.


[img"(A suivre)"]

Longue de cent soixante trois planches, la «Ballade de la mer salée» inspirera aux éditions Casterman le concept de «roman en bande dessinée» ou «Roman graphique».

«A suivre» naîtra  de ce concept, et publiera de nombreux épisodes de Corto Maltese.

On voit ici la couverture du numéro 3 de cette revue  éditée par Casterman, et dont le mérite aura été, outre l’existence de dossiers à contenu théorique et intellectuel, de faire reconnaître de grands noms de la bande dessinée jusque là peu reconnus, Pratt en tête, ainsi que d’auteurs nouveaux comme Tardi, Schuiten, Peeters, Muñoz et Sampayo, etc.

Le mot d’ordre de son directeur, Jean-Paul Mougin, étant : l’irruption sauvage de la bande dessinée dans la littérature.


[img "Corto Maltese : les celtiques"]

La mer, les mouettes, les traces du passage du temps, une femme qui ne viendra pas avec lui : tout Corto Maltese en une planche de Hugo Pratt au sommet de son art.


[img "Corto Maltese : Fable de venise"]

C’est la vingt-cinquième aventure du héros voyageur, parue en italien en 1977.

Pratt aura mis dans cette histoire pleine de pièges, son vécu de jeune vénitien et de franc-maçon ; il la nourrit de références à l’histoire de l’Italie moderne (ici autour de la figure de Gabriel d’Annunzio) comme à celle de l’antiquité (Hipazia est le nom d’une philosophe païenne massacrée par les chrétiens d’Alexandrie au IVe siècle).


[img "Corto Maltese en sibérie"]

Le marin flegmatique apparu relativement  tardivement dans l’œuvre de son auteur, aura bénéficié d’emblée de l’accession de la BD au statut d’art adulte, accession dont ce personnage complexe aura été un des agents.


[img "Corto Maltese : Tango"]

Tango, est la 27e aventure de Corto Maltese. Écrite et dessinée par Hugo Pratt, elle se déroule en 1923, dans le milieu interlope de Buenos Aires. 

Hugo Pratt a l’habitude de mêler la vie et les aventures de ses personnages. Ainsi, on a vu  Corto Maltese à Venise où Pratt a passé son enfance, en Ethiopie où il a vécu six ans dans ses jeunes années, et ici en Argentine où il a commencé la bande dessinée.

Cette couverture très argentine présente la particularité d’être déjà elle-même scandée de cases, comme si dans l’esprit de Pratt, Argentine et bande dessinées étaient irrémédiablement liées.


[img "The British Winter’s Grenadiers"]

Sérigraphie réalisée par Pratt en réplique au pop art de Roy Lichtenstein qu’il accusait de pirater la bande dessinée.

Pour ce faire, il agrandit démesurément les détails de ses propres dessins de soldats britanniques, les faisant passer de la figuration à une quasi abstraction. 


[img "L’art de la bande dessinée"]

Cet imposant ouvrage traitant de la bande dessinée comme un des beaux arts, véritable référence publiée aux prestigieuses éditions d’art Citadeles & Mazenod, écrit par les meilleurs spécialistes du 9e art, porte en couverture un magnifique portrait de Corto Maltese.

C’est dire l’importance de ce personnage pour la bande dessinée, à la fois totem et balise de l’accession de cette pratique à la forme artistique.

Personnage culte et complexe, marin ironique et voyageur, à la fois héros classique et personnage en marge, à l’identité trouble, profonde, aux frontières de l’aventurier prosaïque et de l’être surnaturel, Corto Maltese est la figure incarnée de l’Aventure.

L’aventure qui est aussi la grande maîtresse d’Hugo Pratt, avec la littérature et la connaissance de mystères du monde qu’il adorait raconter.

Par son art troublant du noir et blanc, Hugo Pratt reste un des dessinateurs les plus marquants de la bande dessinée.

 
Corto Maltese : les celtiques
Sergent Kirk
L'as de pique
The British Winter’s Grenadiers
Wheeling (couverture)
Wheeling
Corto Maltese : Tango
(A suivre)
Corto Maltese : Fable de venise
Ernie Pike
La ballade de la mer salée (planche 2)
La ballade de la mer salée
L’art de la bande dessinée
Corto Maltese en sibérie
Ernie Pike (couverture)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.