Caniff

Milton
Milton Caniff
1 907
1 988

Milton Caniff est un américain, né le 28 février 1907 à Hillsboro (Ohio) et décédé le 3 mai 1988 à New York. Ses premières productions se situent à l’époque où la bande dessinée américaine était publiée en «strips», c’est-à-dire en bandes en une planche, dans les journaux. Le dimanche, les journaux présentaient une page entière de BD, la «Sunday page», où l’intrigue pouvait se développer plus largement. Certains auteurs toutefois en profitaient pour créer des intrigues parallèles à celles des strips de la semaine.

Les auteurs n’étaient pas directement employés par les journaux, mais par des «syndicates», agences de presse qui plaçaient les dessinateurs.

A partir de 1922, Caniff publie ses premières illustrations dans plusieurs journaux américains. Parallèlement, il poursuit ses études à l’université et obtient en 1925 son diplôme des beaux arts.

En 1934, le syndicate de Caniff lui commande une BD d’aventure se déroulant en Asie. Ce sera «Terry et les pirates», une série considérée comme une des plus importantes du 9e art. Caniff s’inspire visiblement du cinéma hollywoodien, et Terry est une série extrêmement cinématographique. Le jeune Terry Lee parcourt les mers lointaines en compagnie de son tuteur Irlandais Pat Ryan, à la recherche d’un trésor disparu. En quelques années, les lecteurs le verront passer de l’adolescence à l’âge adulte, ce qui se pratiquait dans les strips américains de cette époque. 

[img"Terry et les pirates - 1937"]

Caniff excelle dans l’art du dessin, notamment des clairs-obscurs. On le qualifie souvent de «Rembrandt du comic». Il étale ses ombres d’un large et vigoureux trait de pinceau, puis affine à la plume. Ses ombres sont au service de la narration. C’est du reste un conteur et un scénariste hors pair. Il s’attache à la psychologie de ses personnages, de façon à ce qu’il acquièrent une véritable existence aux yeux du lecteur - ce qui est une chose assez rare à l’époque. 

[img"Terry et les pirates - 1938"]

Pour ses héroïnes, qui sont souvent de fatales beautés, Il s’inspire des actrices hollywoodiennes du moment : Marlene Dietrich, Greta Garbo ou Jean Harlow.

Caniff imposera ainsi un archétype féminin mémorable dans l’histoire de la BD, dont la redoutable Dragon Lady sera l’emblème. En 1943, alors que la seconde guerre mondiale bat son plein, Caniff réalisera gratuitement une bande «patriotique» pour distraire et remonter le moral des GI’s, «Male Call», qui racontent les aventures de Miss Lane, jeune femme charmante et un peu naïve.

[img"Terry et les pirates - 1944"]

En 1946, Caniff quitte le «Chicago tribune / New York News Syndicate» pour le «Field Newspaper Syndicate». Terry appartenant à son ancien employeur, il ne peut le continuer et décide de créer un nouveau personnage, dont les droits lui appartiendraient en propre (son statut de star du «adventure-strip» le lui permettant désormais).

Il s’agira de Steve Canyon, ancien militaire reconverti dans le transport aérien civil. Le lancement sera programmé avec  soins et Canyon fera même la couverture du Time pour cette occasion.

[img"Steve Canyon - 1947"]

Les premières années de carrière de Steve Canyon ont été  parmi les meilleures de Milton Caniff. Mais, la série perd peu à peu de son charme suite aux engagements patriotiques de son auteur. Par la suite, Caniff n’effectuera plus que l’encrage des strips, laissant les crayonnés à des assistants.

[img"Steve Canyon - 1948"]

En plus de son travail de cartoonist, Caniff a réalisé de nombreuses illustrations, écrit des articles sur son travail et donné de nombreuses conférences sur la bande dessinée. Il est en outre un des membres fondateurs de la société nationale des illustrateurs de bande dessinée, qu’il présidera de 1948 à 1949.

Il a inspiré de nombreux auteurs, tant américains qu’européens, parmi lesquels Hugo Pratt, Alberto Breccia ou Joseph Gillain.

Terry et les pirates - 1937
Terry et les pirates - 1938
Terry et les pirates - 1944
Steve Canyon - 1947
Steve Canyon - 1948

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.