Tatsumi

Yoshihiro
1 935

Tatsumi naît à Osaka (non loin du lieu de naissance de Tezuka) le 10 juin 1935, c’est-à-dire 7 ans après Tezuka.

En 2008, alors que Tatsumi a atteint l’âge de 73 ans, paraît «Une vie dans les marges», dont le titre original «Gekiga hyoryu» signifie «Un rescapé du Gekiga». Gekiga veut dire «dessins dramatiques». Le terme a été inventé en 1957 par Tatsumi pour qualifier sa production et celle du groupe auquel il appartenait. Il désigne un style de manga «pour adulte», qui se singularise des mangas comiques  qu’on trouvait à l’époque pour les enfants.

«Une vie dans les marges» est un manga en deux tomes de 420 pages et dans lequel trois récits sont imbriqués : l’histoire du japon, l’histoire du manga et la biographie de l’auteur, de l’après deuxième guerre mondiale jusqu’à nos jours. Pour l’amateur de manga, c’est donc un document exceptionnel. 

Tatsumi raconte ainsi les difficultés du pays, exsangue après la guerre, et sa passion de jeune garçon pour les œuvres de Tezuka ; son acharnement, ainsi que celui de son frère malade, à créer et à envoyer des mangas à des magazines dans l’espoir de les voir publiés ; ses espoirs déçus et ses succès dans cette entreprise. Il dessine ainsi dans les années 50 de nombreux mangas comiques en quatre cases, dont certains sont publiés.

[img"Tatsmumi - 1950"]

Un journal ayant publiés quelques uns de ces mangas lui permet de rencontrer Ozamu Tezuka (la légende du manga) en 1957.

Celui-ci lui conseille de faire de longues histoires.

[img"L’île des enfants (1) - 1953"]

Son premier long manga, «L’île des enfants», est publié en 1954.

[img"L’île des enfants (2) - 1953"]

Il s’oriente par la suite vers des histoires policières.

[img"Tatsumi - 1955"]

En 1956 il participe au magazine «Kage», regroupant de courtes histoires sombres et policières, sans la mention du mot «manga».

[img"Kage (récits policiers)"]

Fan lui aussi (comme Tezuka) de cinéma hollywoodien, Tatsumi s’inspire des ambiances des films «néo-réalistes» d’Humphrey Bogard ou de Jean Gabin pour ses histoires dessinées. 

[img"Couverture du n°8 du magazine Kage"]

En 1957, Tatsumi réalise «Tempête de neige noire», l’histoire d’un pianiste accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, s’évadant de sa prison en compagnie d’un autre condamné. Tous deux s’égarent dans la montagne en pleine tempête de neige.

[img"Blizzard noir"]

Il crée cette histoire dans un état d’euphorie, créant ainsi un nouveau genre de manga.

[img"Pages intérieures de Blizzard noir"]

A cette époque, Tatsumi reçoit alors des commandes de nombreux magazines, et doit mener plusieurs histoires de front. Il devient également rédacteur en chef de Kage. A cette époque, il décide de revenir aux histoires longues pour développer des narrations plus complexes, et pour éviter l’amalgame des histoires policières et sombres pour adulte qu’il crée avec les manga pour enfants, crée le mot «Gekiga».

[img"Good Bye"]

Il quitte alors Osaka pour Tokyo, pour travailler pour l’éditeur Central. Là, il ouvre «l’atelier Gekiga (Hekiga Kobo)» en 1959, et publie la revue «Matenro (gratte-ciel)». La revue est un succès, mais, submergé de travail, Tatsumi quitte le groupe. Par ailleurs, une campagne contre la violence de Gekiga commence à se mettre en place dans les journaux.

[img"L’égout"]

Le récit s’achève à cette époque, suivi d’un court épilogue retraçant en 1995 les obsèques de Tézuka, le maître du manga.

Entre 1960 et 95, la carrière de Tatsumi connut des hauts et des bas, mais il a indéniablement marqué d’une empreinte profonde le monde du manga, lui permettant de se détacher des petites histoires humoristiques pour s’engager sur des voies plus réalistes, plus sombres et d’une plus grande diversité. 

À l’occasion du festival d’Angoulême 2012, où fut primé le tome 2 d’«Une vie dans les marges», sortait le film adapté de ce récit édité chez Cornelius, en y ajoutant des extraits des Gekiga de Tatsumi, ce qui donna une grande visibilité à cet auteur en Occident.

Tatsmumi - 1950
L’île des enfants (1) - 1953
L’île des enfants (2) - 1953
Kage (récits policiers)
Couverture du n°8 du magazine Kage
Tatsumi - 1955
Blizzard noir
Pages intérieures de Blizzard noir
Good Bye
L’égout

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.