L'art invisible

L'Art invisible (Understanding Comics) est un essai sous forme de bande dessinée, de 1993, par l'auteur américain Scott McCloud. Scott McCloud passe en revue les bandes dessinées américaines, européennes et japonaises en cherchant des sources égyptiennes, mayas, médiévales pour approfondir le concept d'art séquentiel. Le concept de l'ellipse, l'enchaînement « entre deux cases » (les américains le nomment "gouttière") qui va permettre de créer de la progression de temps et de mouvement. « La vérité percera les ténèbres ! La puissance du roman graphique émergera du chaos et... Enfin, bon... » dit-il. L'auteur finit son exposé en présentant sa définition de l'art.

(source Wikipedia)

Auteur: 
Scott McCloud
Editeur: 
Delcourt
Date de parution: 

1993

Les 6 enchaînements de Scott McCloud

Dans son livre «L’Art Invisible», Scott McCloud analyse la façon dont des cases peuvent s’enchaîner dans une bande dessinée.

Il en détermine 6. C’est bien sûr une analyse discutable et schématique (on pourrait affiner et trouver peut-être bien d’autre types de transitions, ces transitions sont parfois mélangées, imbriquées), mais elle n’en reste pas moins très utile et fructueuse, 

Le visage en bande dessinée : anatomie et expressions

Le visage des personnages est sans doute un des l'élément les plus importants dans un bande dessinée : il permet au lecteur de s'identifier au personnage, de lire ses émotions, de rentrer directement dans l'action. Même si il est possible (et sans doute interessant) de réaliser des bande dessinées dans lesquelles aucun visage n'est représenté, cela reste chose rare. Aussi, il est particulièrement important de savoir comment il fonctionne.

L'ellipse en bande dessinée, en dix exemples

Une ellipse est un moment qui n'est pas montré.

C’est-à-dire qu’une ellipse est un passage qui coupe la continuité d’une action : une action se déroule, une ellipse intervient et l’action a avancé sans qu’on la voie. 

Pour un auteur comme Scott McCloud, l’art de l’ellipse est l’essence de la bande dessinée. En effet, celle-ci étant un récit composé de cases, lorsque le récit avance, on a nécessairement une ellipse entre chaque case.